Témoignage : L’homme qui m’a donné la vue - Info santé

Témoignage

Actualités, publié le 29/12/2016
rebecca-marshall-temoignage

L’homme qui m’a donné la vue.

Témoignage de Rebecca Marshall du 15 février 2016

 

Texte original : http://www.rebecca-marshall.com/2016/02/laser-eye-surgery/

 

Il y a un mois, le docteur Charles Ghenassia, à l'aide d'un laser et d'une main très ferme, a ouvert les cornées de mes yeux et a réussi à éliminer la cause de ma sévère myopie et de son astigmatisme avec ses pinces (oui, littéralement). Cet homme, qui m'a ainsi donné le don de vision 20/20, il a par conséquent gagné sa place comme l'un des hommes les plus importants de ma vie.

 

Donc, pour remercier le Dr Ghenassia, et pour marquer cet événement passionnant en tant que photographe, j'ai amené mon appareil photo grand format à Nice et j'ai fait ce portrait unique de lui.

 

 Charles Ghenassia 

 

Frapper à la porte du paradis

Je ne suis certainement pas le premier photographe à avoir eu une myopie corrigée par la chirurgie oculaire au laser, et je sais que les yeux sont aussi précieux pour un non-photographe que pour un photographe, mais je me sentais encore frissonnante quand j'ai pensé à ouvrir et de jouer avec la partie du corps dont ma vocation dépend entièrement. Cependant, sans lentilles de contact ni verres, j'avais été pratiquement aveugle depuis l'enfance et, ces dernières années, j'avais pensé de plus en plus à l'option de correction chirurgicale, peut-être dans une clinique de Londres ou de Paris. Finalement, à l'aube de 2016 et j'ai décidé que le moment était venu, j'ai choisi de rester dans le sud de la France. Nice héberge l'une des meilleures chirurgies oculaires au laser dans le pays et le chirurgien ophtalmologiste pionnier Dr Ghenassia est son principal éclairage.

 

Dans la méthode chirurgicale la plus courante d'aujourd'hui pour corriger la myopie, un laser ouvre une fenêtre dans la cornée et brûle la partie externe de lentille de l'œil qui crée une vision floue. Rapide et simple. Cependant, j'ai opté pour la nouvelle technique de Lasik 'ReLEx SMILE', soi-disant meilleure pour la stabilité de la cornée. Un laser fait une incision beaucoup plus petite afin d'entrer et de couper autour de la lenticule et ensuite un chirurgien utilise des outils manuels pour l’enlever. Pendant les 30 minutes chaudes de l’intervention où j'étais plutôt sous le choc allongée et frigorifiée mais réchauffée par une couverture spatiale. Une fois l’assistant du chirurgien à court de choses encourageantes à dire, j'ai juste entendu les tuts et les inspirations occasionnelles du souffle du Dr Ghenassia alors qu'il récupérait les lenticules. Sa voix se raidit ponctuellement alors qu'il me commandait de «résister à la pression!» Qu'il mettait sur mon œil. Il est difficile de répondre à cette commande lorsque vos yeux sont épinglés ouverts, sous anesthésie, et votre cerveau sous l’emprise de tels niveaux de stress qui rendent les instructions difficiles à comprendre et encore plus à appliquer pour contracter les muscles du globe oculaire dont vous saviez à peine qu’ils existaient - un peu difficile. J'ai appris par la suite (et heureusement pas avant) que la lenticule est un peu comme un coupon perforé – dont les fibres sont  longues et on tire sur une «ligne pointillée» pour l’enlever.

En tout cas, à ce moment de l'opération (coïncidence, il passait à la radio de la salle d’opération «Knocking on Heaven's Door» en français « frapper à la porte du paradis »), il était bien trop tard pour changer d'avis.

 

Dans une société royale

Je change régulièrement de tâches rédaction d’éditoriaux et photographie, j'ai fait le portrait du Dr Ghenassia avec mon appareil photo analogique 5"x4". La photographie grand format est restée plus ou moins inchangée depuis le 19ème siècle et mon appareil volumineux en bois nécessite des réglages patients pour encadrer l'image, une mise au point minutieuse avec une loupe sur une image noire à l'envers et visible seulement sous une capuche noire et des ajustements fins de l'inclinaison du plan de la lentille pour contrôler la profondeur de champ. J'ai exposé, dans ce cas, seulement 2 feuilles de film.

 

Ce processus lent et délibéré convenait parfaitement à mon humeur et à mes objectifs. Travailler en noir et blanc, aussi, m'a permis de me concentrer uniquement sur la forme du visage du chirurgien, sans la distraction de la couleur. J'ai utilisé l'éclairage qui faisait de son oeil dominant (celui qui dirige pendant la chirurgie) le sujet de base de l'image, et crée une différence entre le côté du visage aveugle de l'ombre «face aveugle» et puis l’autre nette, avec une vue claire d’œil dominant, pour communiquer la raison d'être du chirurgien. Plus tard, au cours d'une soirée passée dans ma chambre noire à la maison pour  fixer les 2 négatifs, puis dans le laboratoire du photographe à Nice où j'ai fait cette copie finale, j'ai trouvé la patience requise dans l'obscurité avant le moment magique d’allumer la lumière pour évaluer le négatif, et regarder l'image apparaître sur l'impression papier dans le bain de produits chimiques, particulièrement approprié pour cette image assez spéciale.

 

 

Au cours de la séance de portrait, le Dr Ghenassia accepte sans hésiter ma transformation de patient en photographe, et c'est à son tour de s'asseoir tranquillement et de ne pas bouger. En parlant doucement maintenant, cet homme silencieux et modeste s'intéressait beaucoup à ma caméra archaïque, et c'était un privilège de partager le portrait avec quelqu'un si compétent sur la science derrière la vision, ce qui est bien sûr la même base pour la technique de la photographie. Son heure de déjeuner était plus courte que prévue et le temps était serré pour préparer et prendre son portrait, mais je ne pouvais pas lui reprocher sa raison de se précipiter: «Désolé, je pensais que je pourrais rester un peu plus tard, mais j’opère le frère du prince de Monaco cet après-midi -  je dois m'assurer d'être à l'heure».

 

Photographe post-op nerveux

Au moment où j'ai pris ce portrait, 3 semaines après l'opération, mes yeux fonctionnaient bien, mais il serait trompeur de penser que ma vision et mon aisance avec la photographie avaient été normales tout de suite. Juste après l'opération, ma vision était floue avec un halo, et mes yeux étaient  péniblement secs et hypersensibles à la lumière brillante. Les choses s'amélioraient progressivement de jour en jour, mais j'étais très nerveuse avant mon premier travail de photographe, 9 jours après. Est-ce que je serais capable de travailler, en dépit de la douleur oculaire, à l'extérieur au soleil (je ne peux pas travailler avec des lunettes de soleil, donc les lunettes protectrices spéciales que la clinique remet ne vont pas m’aider) ?. Est-ce que mon manque de tolérance à la lumière vive, et la perception exagérée de contraste, affecterait mon évaluation des tons lors de la mise en place du portrait et son éclairage? Plus tard, mis à part l'inconfort physique de regarder l'écran rétroéclairé de mon ordinateur, serais-je capable d'optimiser les tons dans les images finales correctement?

 

Ce jour-là, le Sud de la France a été gentil avec moi, offrant une journée inhabituellement nuageuse. Mon sujet de portrait, lui aussi, n'avait pas choisi de porter une chemise blanche brillante (qui peut compliquer l'exposition pour un photographe au meilleur moment), et ensuite, quand mon client magazine français a reçu les photos et a répondu que "elles sont parfaites! ", J'étais plus qu'un peu soulagé.

 

Myopie dans un pot

Aujourd'hui, l'effet hollywoodien de style doux des années 30 de mon monde post-op a disparu. Mes yeux sont un peu secs, nécessitant toujours des larmes artificielles (ou des films pleurs fréquents), et le soleil lumineux du Sud de la France risque de rester inconfortable pendant un moment encore. Mais j'ai cessé physiquement de grimacer aux feux de circulation en vert et je ne porte plus mes lunettes style Stevie Wonder dans les magasins et les restaurants avec un éclairage très lumineux (pour le soulagement des personnes qui m’accompagnent).

 

Chaque jour, je m'émerveille de la technologie qui a permis à ma nouvelle «vision de précision» - et les changements inattendus dans la perception visuelle que je connais. J'ai presque arrêté de fléchir lorsque les objets sont très près de mon visage (un changement dans les proportions relatives des objets à des distances différentes de mes yeux signifie que les objets proches semblent beaucoup plus gros qu'ils ne le faisaient avec des lentilles correctives). L'autre jour, je me suis assis, immobile, sur un banc sur le front de mer de Nice, en bougeant simplement mes yeux à droite et à gauche, en haut et en bas, et souriant de plaisir en explorant ma nouvelle vision périphérique et la clarté des mouettes, les visages (des passants un peu perplexes). Au cours d’une randonnée en montagne, un petit caillou blanc sur le sentier m'a arrêté mort dans mes traces. Contrasté contre ses voisins gris, il avait, à mes yeux nouveaux, toute la beauté dramatique d'un rare rayon rare de du soleil dont la lumière perce les nuages noirs ??d'un orage.

 

Je suppose que, comme mon cerveau rattrape ma nouvelle vision miraculeuse, la nouveauté va s'effacer et je vais simplement voir. Mais, si jamais je l'oublie, j'ai un objet plutôt précieux pour agir comme un rappel. Juste après l'opération ce soir-là à Nice, alors que mon rythme cardiaque revenait à la normale dans la salle de réveil, on m'a donné un pot minuscule, bouché.  À  l'intérieur, pour les conserver en bon état, il y avait les lenticules que le Dr Ghenassia avait enlevées de mes yeux: ma myopie dans une bouteille.

 

 

 

 

article précédentEtude pour améliore... article suivantXVII All Russian Con...