La greffe de la cornée

Qu'est-ce que la cornée :

La cornée n'est autre que la partie antérieure de l’œil. Elle est constituée d'un tissu parfaitement transparent. La cornée reçoit les images avant de les transmettre à la rétine. Qu'est ce qui nécessite une greffe de la cornée ? Le plus souvent, il s'agit d'une perte de transparence due à une pathologie (dystrophies de la cornée, kératites amibiennes, l’œdème de la cornée, kératocône, l'herpès cornélien, abcès de la cornée, etc.) ou à une perforation de la cornée. Pour le premier cas, une greffe classique de la cornée s'impose. Il s'agit de remplacer la partie centrale de la cornée sur toute son épaisseur (kératosplastie transfixiante). Dans le second cas, il faut réparer l'anatomie du globe oculaire. Quelle que soit la greffe, la cornée malade est totalement remplacée par un greffon intégral. Il est vrai que la cornée est un tissu particulièrement favorable à la greffe, étant un tissu conjonctif non irrigué, non innervé et pauvre en cellules.

Il arrive que la maladie n'atteint qu’une des couches de la cornée. Dès lors, une greffe lamellaire est réalisée et permet de conserver les couches saines de la cornée. Le greffon cornéen provient d’un donneur décédé sain. L'objectif de la greffe de cornée est d’améliorer la vision. La greffe de cornée est la plus fréquente des greffes de tissus avec donneur en France. En effet, plus de 4 000 patients malvoyants en bénéficient chaque année. Comprendre la greffe de la cornée.

A quel âge peut-on se faire opérer d'une greffe de la cornée ?

Du nouveau né au centenaire, la greffe de la cornée est accessible à tout âge. Il arrive qu'un bébé souffrant de malformations ou d'opacités, bénéficie d'une greffe de cornée afin de favoriser le développement visuel. Pour les personnes d'un âge avancé ; la greffe est techniquement réalisable mais le patient sera opéré sous anesthésie locale au lieu d'une l’anesthésie générale qui est généralement pratiquée. Le professeur Ghenassia jugera de la pertinence des risques et du bénéfice de l'intervention en fonction de l’état visuel préopératoire, de l'état général et de la pathologie.

Une hospitalisation obligatoire

Contrairement à certaines opérations de l’œil qui se déroulent en ambulatoire, la greffe de la cornée nécessite une hospitalisation de trois ou quatre jours. Le temps nécessaire pour vérifier l'absence d'un rejet du greffon et d'hypertension de l’œil. Le traitement postopératoire se limite à l’instillation de collyres antibiotiques, anti-inflammatoires et cicatrisants. Le patient porte un pansement oculaire pendant 2 à 3 jours puis il est remplacé par une coque oculaire ou des verres teintés.

L'intervention sur la cornée

La greffe de la cornée est considérée comme étant la transplantation la mieux réussie. L’opération est sans douleur. Quelques gouttes sont mises dans vos yeux et l’anesthésie peut être locale ou le plus souvent générale. Le docteur Ghenassia praticien enlève la cornée abîmée et la remplace aussitôt par celle du donneur. Il est nécessaire de garder ses yeux dans le noir après l’intervention.

Retour à la vue normale

La patience est le meilleur allié après une greffe de cornée classique. Si l'éclaircissement de l’œil revient après quelques jours, il faut cependant tabler entre deux et six mois pour retrouver une vue normale. Pendant cette période de convalescence, le docteur Ghenassia peut procéder à l'ajustement des sutures afin de réduire le plus possible l’astigmatisme opératoire. Les autres sutures restent en place jusqu’à leur rupture spontanée qui intervient entre 18 mois et trois ans après l'intervention initiale.

Les risques et complications d'une greffe de la cornée

Les cornées greffées proviennent de donneurs qui étaient sains. Les procédures drastiques de sélection des donneurs limitent au maximum les probabilités de transmissions infectieuses et virales. Les risques d'hémorragie intraoculaire (à l'intérieur de l'œil) d’endophtalmie ou de décollement de rétine sont infimes, voire quasi nulles. Le plus grand risque qui est faible (autour de 10%), réside dans le rejet du greffon lors des greffes endothéliales ou greffes perforantes. Ce qui qui entraînerait un traitement d’urgence institué dans les 48 heures après l’apparition de la réaction de rejet. Ce traitement aboutit à un taux de guérison qui atteint 80 %. Par ailleurs, les traitements anti-rejets évitent l'utilisation des corticoïdes locaux. Ces derniers avaient l'inconvénient d'avoir des effets secondaires au niveau oculaire (glaucome, cataracte). Enfin, dans une proportion infime d'opérés de la greffe de la cornée, on observe des ruptures de sutures vite réparées par un simple geste chirurgical.

Les précautions à suivre après l'intervention

Si un suivi régulier est préconisé afin de vérifier tout risque de rejet, l''activité du patient est réduite pendant les premières semaines afin de favoriser le cicatrisation. Le traitement se limite à des gouttes anti-inflammatoires et anti-rejet. Parfois un traitement immunosuppresseur sera complémentaire dans certains cas à risque. La période d'observation qui suit l'opération s'accompagne d'une diminution progressive des collyres instillés dans l'œil opéré. Dernier point important, les amateurs de sports violents doivent songer à trouver une autre activité plus compatible en raison du risque élevé de traumatisme.