L’astigmatisme ?

L'astigmatisme est souvent associé à la myopie ou l'hypermétropie. L’astigmatisme amplifie alors le trouble visuel de ces deux défauts. Par contre, certaines formes d’astigmatisme permettent de lire sans correction à l'âge de la presbytie.

Causes :

L'astigmatisme peut exister dès la naissance (astigmatisme congénital). En général, cet astigmatisme varie peu tout au long de la vie. Il peut également survenir suite à une intervention chirurgicale ayant déformée la cornée (chirurgie de la cataracte, greffe de cornée, infection, herpès, traumatisme ayant causé une plaie perforante, ...). Enfin, un astigmatisme évolutif peut dans certains cas cacher un kératocône.

Symptômes :

L’astigmatisme peut n'engendrer aucun symptôme. Les sujets présentant un astigmatisme faible possèdent une bonne vision mais souvent ils leur arrivent de plisser les yeux, d’avoir des maux de tête, de rencontrer une gêne à la lumière vive, une fatigue oculaire ou encore de constater une vision floue voire dédoublée dans certaines occasions. Chez le jeune enfant, il est primordial de dépister l'existence d'un astigmatisme important qui ne concernerait qu'un seul oeil, de manière à le corriger précocement afin d'éviter une amblyopie (baisse de vision d'un oeil pouvant être définitive).

Mesure:

L’astigmatisme s’exprime en dioptrie (correction optique nécessaire) ou en dixièmes (acuité visuelle). La dioptrie correspond à la puissance d'une correction optique (verre ou lentille) placée devant l'oeil afin que ce dernier puisse voir nettement. L'astigmatisme est considérée comme faible entre 0 et 1 dioptries, moyen de 1 à 2 dioptries et fort au dessus de 2 dioptries.